La grande bête

Magnifique journée fraîche et ensoleillé mais un peu venteuse. C’est toujours dans le parc linéaire de la rivière Beauport que je vais tenter de trouver quelques belles prises. Ça commence en force avec la découverte de deux nouvelles punaises. De toutes petits bêtes pas faciles à photographier mais j’ai pris tout le temps nécessaire et j’ai réussi. Arrivé dans le champ je trouve enfin car il y a bien longtemps que je l’avais aperçue une magnifique araignée crabe bien cachée entre deux terminaisons de tanaisie vulgaire. Après un peu d’attente et aussi d’incitation, la belle m’a offert une belle parade. Par la suite quelques petits amis ont bien occupé mon appareil photo dont le fameux petit taureau qui m’a donné de bonnes prises. Je me rends dans le boisé des poètes et prend une pause sur le banc habituel qui est toujours à l’ombre pour regarder ce que j’ai en boite car c’est tranquille depuis un bon moment. Là je suis heureux, avec l’araignée c’est comme si j’étais un chasseur et que j’avais un beau buck 7 pointes. Comme le vent est devenu trop fort je décide de me concentrer sur les champignons qui commencent à émerger du sol et des souches tout en ayant à l’oeil les insectes. J’ai trouvé un pleurote à long pied et après avoir fait le cliché je vois une longue bête traverser le sentier et se poser dans un arbuste tout près. Cette belle dame que j’avais rencontrée dernièrement me donne une autre chance de la photographier. Pelecinus polyturator est relativement calme sur sa feuille et j’ai le temps de la photographier de tous les côtés. Cette fois-ci c’est comme si j’avais eu un gros buck orignal. C’est incroyable tout le bonheur et le plaisir que peu rapporter une virée dans ce parc mais sans déranger ou tuer toutes bêtes.