Éris à la fraîche

Comme c’était frais ce matin, cela fait du bien avec la chaleur des derniers temps. Malheureusement le ciel se couvre de sombres nuages et les vents sont bien présents. Je suis bien heureux d’avoir opté pour la chemise à manches longues. Avec ces conditions, le début est difficile dans le parc linéaire de la rivière Beauport mais après une demi-heure le plaisir commence. Le vent est par strates et j’alterne entre zone calme et zone « éolé ». Ce fut le party de l’Éris. Plusieurs petites araignées sauteuses se sont exhibées devant mon objectif et faire chauffer l’obturateur de mon boîtier. J’étais fou de joie car j’adore ces petites bêtes. Plus loin dans un petit sentier secret je fais deux magnifiques rencontres. Pour débuter je découvre Pelecinus polyturator bien tranquille sur une feuille dans un calme secteur sans vent. J’ai eu tout le temps de déployer mon trépied et de réussir mes meilleures photos à vie de cette bête peu commune. En poursuivant mon chemin je tombe sur une araignée plus commune mais dans des conditions extraordinaires. Aranus diadematus est calme, grosse et bien installer au centre de sa toile sans vent pour la faire vibrer. Encore une fois de déploie le trépied et réussi une superbe série car j’ai eu la chance de la faire sur trois côtés. En arrivant je pensais bien que ce serait très calme mais finalement ce fut l’une des meilleurs de la saison.

Avant la pluie

Le temps est incertain ce matin mais comme les météorologues sont plutôt positifs je me rends dans mon petit parc préféré. L’une des premières choses que je vois est miniature et se balade au bout d’un fil au gré du vent. Je pointe l’objectif et je découvre une micro araignée crabe. Je fais quelques clichés et je suis pas mal satisfait à cause de la petitesse de la bête. Je recroise la belle grosse punaise aux beaux yeux rouges et j’ai le temps de faire quelques photos avant qu’elle reparte. Le super moment de la journée arriva par la suite. Tout en scrutant les têtes de Tanaisies vulgaires je me sens observé. Eris militaris est bien installé avec son lunch sur une boule jaune. Un vrai beau buck! Lorsqu’il a vu que je le regardais il s’est rapidement caché et c’est là que j’ai déployé le matos et attendu quelques minutes car ces petites araignées sauteuses sont peureuses mais surtout curieuses. Il est finalement revenu et ne faisait plus de cas de ma présence. Comme je me suis amusé! Le reste de la ballade fut quand même productive avec trois autres araignées et quelques insectes. En fin de parcourt j’ai fait un arrêt au nid de Guêpes jaunes et il y avait toujours ce mouvement frénétique de plusieurs insectes mais très difficiles à capter. J’ai quand même eu un autre « lifer ». J’aurais continué encore mais la pluie débuta et comme j’avais déjà quelques bons sujets en boite ce fut la fin de cette balade.

Le petit lac

L’an dernier j’avais visité un site pour faire de la photo et le résultat avait été couci-couça. J’ai décidé ce matin d’y retourner pour voir si c’était mieux. C’est un beau petit lac avec un sentier qui en fait le tour garn d’une belle végétation mais rien en hauteur. La chaleur est déjà intense à mon arrivée car le vent est peu présent. L’un des problèmes dans ces conditions c’est qu’il n’y a aucune zone d’ombres et le soleil frappait dur. J’ai fait quelques belles découvertes dont des libellules en bonne quantité. Après une heure et demi je ne suis pas loin du coup de chaleur et je décide de quitter car j’ai déjà de bons clichés. Pour terminer l’avant-midi je me rends dans le boisé des poètes qui est une bonne oasis de fraîcheur car la canopée stop beaucoup les rayons de soleil. Quelle bonne idée d’y aller car j’ai trouvé plusieurs sujets dont des araignées, des diptères dont un machimus notatus avec sa proie et pour terminer une Coccinelle asiatique avec un méga casse-croûte. Une grosse Sialidae sp décapitée se fait déguster par ce Coléoptère qui semble tellement sans défense. Le monde des insectes n’est pas de tout repos et c’est ce qui alimente ma passion.

Des petits rapides

Quelle belle journée encore une fois et c’est toujours dans le parc linéaire de la rivière Beauport que je me rends. Le vent n’est pas encore levé, je débute donc par le champ. Je trouve une Miridae miniature, une autre punaise et un papillon plein de pollen. Un peu plus loin je découvre coup sur coup deux belles Pentatomidaes qui donne un départ canon à cette journée. La suite dans le champ me donne une belle variété dont un autre petit taureau. C’est vraiment mon année avec cette espèce car jamais je n’ai réussi d’aussi bons clichés de cette amusante bête verte. Avant de quitter le champ je constate une feuille de chardon légèrement roulée. Je vois plein de particules noires à l’intérieur. Je fais une photo et je constate que les points noirs sont plutôt des nymphes de Mebracidaes. Il va y en avoir partout tantôt. Dans le boisé je trouve une petite toile d’araignée avec une microscopique araignée dedans. Je me place pour la photo mais la bête reste encore trop petite. J’installe donc mes trois tubes allonges entre l’appareil et l’objectif ce qui réduit la distance minimale avec le sujet. Magie! elle a une taille plus acceptable et en plus c’est une première pour moi cette Tetragnatha viridis. Dans le boisé des poètes j’ai le plaisir de retrouver la belle punaise à croix rouge. En fin de parcours de ce boisé je m’arrête près d’un bosquet ou il y a sûrement un nid de guêpes jaunes car il y en a plusieurs qui se déplacent de façon hystérique de feuille en feuille. Après quelques minutes trois autres sujets se sont mélangés à l’hystérie collective et je ne sais plus où donner de l’objectif. Mes nerfs ont tenu le coup et j’ai réussi à capter les trois autres sujets. En suivant une guêpe je baisse au niveau du sol et découvre Pelecinus polyturator bien installé calmement sur sa feuille. Quelle finale pour cette journée qui aura été encore une fois spectaculaire.

Un duo inespéré

Comment ne pas aller dans le parc linéaire de la rivière Beauport avec les résultats obtenus dernièrement. Après avoir enfilé l’équipement, j’ai l’habitude de parcourir les tales de Tanaisies vulgaires et j’y trouve souvent de belles choses. Cette fois ci ce fut grisant. Au premier bouquet j’observe un mouvement mais la chose est trop petite pour être identifié à la vue. Je m’installe sur trépied, je fais la mise au point et je découvre Hentzia Palmarum. Mignonne araignée sauteuse de taille miniature qui est une première observation pour moi. Pour vous faire une idée de la petitesse de la bête, un bouton de Tanaisie, plante ou est installée l’araignée ne mesure pas plus de 1 cm. Je pousse mon matériel photographique au bout de ses limites et je suis toujours impressionné du rendu obtenu car ce type de sujet est quand même de la photographie extrême. Il est possible d’obtenir de meilleures macros mais seulement en studio avec des insectes engourdis. Sur le terrain c’est tout autre car il y a toujours la présence du vent plus ou moins modéré et les conditions de lumière changeante. Je suis déjà excité par cette première prise mais ce n’est que le début car moins d’un mètre plus loin je découvre une autre araignée sauteuse mais cette fois ci avec son casse-croûte. Quel début! Mais la suite sera tout aussi excitante car j’ai eu le bonheur de croisé deux de mes préférés. Un petit taureau bien docile et une belle punaise de la famille des pentatomidae. Ouf, je flottais avec ces prises mais le summum arriva quelques minutes plus tard. Ces deux bêtes se sont placées tout près l’une de l’autre ce qui m’a donné la possibilité d’en faire un cliché. La macro bonheur de l’année !!! Remis de mes émotions j’ai continué ma route en croisant quelques autres sujets dont un Saxonus. Autre première observation pour moi. Le clou de la journée à été l’observation d’une belle tipule à triangles. J’ai eu tout le loisir de la photographier de tout bord tout côté comme vous pourrez le constater. Après la séance, je l’ai remercié et j’ai quitté. Il était temps de retourner à la maison.