La nature de novembre

Il y a un bon bout de temps que j’ai publié une série de photos car j’ai aussi d’autres projets qui m’occupent beaucoup. Voici une série automnale de novembre dernier. Les insectes étaient moins au rendez-vous mais la nature a bien d’autre chose à présenter. Il suffit d’ouvrir l’œil et de cueillir en image tout cette belle diversité.

Les beautés de septembre

En cette fin de septembre la végétation est à son déclin mais la nature est encore forte pour m’offrir de beaux sujets à placer devant mon objectif. Je passe de la nature morte à la plus vigoureuse en passant par celle en transition. Cette généreuse nature m’a offert de beaux insectes, plantes et champignons. Pour terminer, grâce à un beau ciel dégagé j’ai photographié la lune pour une dernière fois en 2020.

Héron dans le jaune

Comme nous allons avoir une période presque estivale, je ne pourrais pas continuer dans le thème du réchauffement pour cette série. Même si la neige va presque disparaître sous peu, ça fait du bien de voir un peu de verdure et de couleur. La journée a débuté lentement dans le parc linéaire de la rivière Beauport avec quelques insectes, araignées, fleurs et champignon. En arrivant au marais du secteur des poètes j’ai eu la surprise de la journée. Un grand héron cherchait sa pitance dans le secteur. Comme je n’avais pas mon équipement pour les oiseaux, j’ai dû faire quelques approches furtives pour ne pas faire fuir l’oiseau et réussir quelques clichés. Comme il semblait se diriger vers le secteur est, j’ai été me placé de façon incognito en attendant son arrivée. Ce fut long mais comme j’ai de la patience à revendre ce n’étais pas un problème. Au moment ou il arriva au lieu espéré, un hurluberlu qui passait dans le sentier a décidé de frapper dans ses mains et de crier pour faire envoler le héron. Je croyais bien que mon travail avait été anéantis mais ce fut tout le contraire car j’ai fait un approche discrète et c’est là que j’ai eu cette photo inusitée que je vous ai déjà présenté soit le héron dans une talle de verge d’or. La patience finie toujours par rapporter.

Mouche photoshop

J’aime beaucoup m’amuser avec le montage de mouche et pour combler mon plaisir je fais du Focus Stacking pour photographier mes productions. La prise de vue demande un peu de travail mais c’est surtout en post traitement que c’était ardu. Même si j’ai plusieurs bons logiciels de traitement photo, j’ai décidé de me procurer Photoshop 2021. Avec celui-ci je réussi à presque tout faire sans passer par plusieurs autres logiciels. Bientôt je vais produire des fiches de mouches à pêches avec photo et recette que vous pourrez consulter si l’aventure vous tente. Voici de nouveau la Adam ainsi que la Adam brown et la Black gnat. Trois mouches très productives pour la pêche à la truite mouchetée en rivière.

Adam

Depuis ma jeunesse jusqu’à ce qu’il y a une vingtaine d’années j’étais un passionné de chasse et surtout de pêche. Avec un bon ami ce fut le perfectionnement de la pêche à la mouche. Comme j’ai l’habitude de pousser mes passions au maximum et en complément de la pêche je me suis mis au montage de mouche. C’est un art des plus plaisant dont le but est d’atteindre la perfection dans la fabrication. Je me suis détourné de ces deux activités lorsque j’ai découvert la photo qui me permettait de chasser sans tuer et j’ai toujours eu un grand plaisir à pratiquer cet art mais malheureusement depuis quelques années la maladie m’a contraint à certaines limitations de là l’idée de ressortir mon kit de montage de mouches. La dextérité manuelle n’est plus aussi précise que dans le temps mais je pense bien que comme la bicyclette, la maîtrise reviendra et j’aurai des modèles de plus en plus précis. Voici mes deux premières mouches sèches soit une Adam. La première est moins réussie mais comme je suis toujours passionné de photo j’ai fait du focus stacking avec mon 60mm macro. Ce sont des montages de 6 à 8 photos avec des mises au point progressives. Les prochaines devraient être meilleures.