Des bulles au chaud

Je me lève plus tardivement ce samedi là car j’avais du rattrapage à faire. Je regarde dehors et il fait très froid. J’ai toujours l’intention d’aller faire de la photo en nature mais au moment que je me décide c’est le vent qui s’installe. J’ai donc manqué de courage avec ce facteur éolien décourageant. Je décide donc de m’amuser à la chaleur et je me monte un setup macro pour photographier des bulles de savons dans l’eau. Au début les bulles ne restaient pas longtemps mais en changeant de savon et ajouter de l’huile, j’ai réussi à avoir suffisamment de temps pour faire les photos. J’ai joué avec l’éclairage car j’avais le flash annulaire et un autre flash de coté et j’ai aussi varié l’arrière-plan pour avoir une belle coloration de l’eau. Je suis bien heureux du résultat et j’ai d’autres idées pour la prochaine fois qui sera peu être samedi prochain car un froid de canard est encore annoncé.

Jardin de glace

La veille la neige tombait à plein ciel mais graduellement les précipitations sont passé du format solide au format liquide. Un mélange de grésille, pluie et verglas tomba toute la soirée et une partie de la nuit. Au levé le lendemain le temps était nuageux et il y a même eu un peu de précipitations mais en fin d’avant-midi le ciel a commencé à se dégager et faire briller la glace accumulée sur les arbres. Il semblait en avoir peu chez nous mais je décide tout de même de me rendre dans le parc linéaire de la rivière Beauport pour observer la situation. Quelle idée géniale car à mon arrivée j’ai le souffle coupé par le paysage. Un vrai royaume de glace m’accueille et une fois que j’ai enfiler mes nouveaux crampons je parcours ce paysage de rêve. J’ai apporté trois kits photo pour ne rien manquer soit le téléobjectif pour les oiseaux que j’ai au cou, le paysage que j’ai sur le côté et la macro qui est dans le sac à dos avec mon cadeau de Noël, un petit trépied pour les poses basses. Mon téléobjectif semble en congé car c’est le grand angle qui surchauffe pour capter tout cette merveille. Pour tester le trépied je fais quelques longues poses et j’en suis bien heureux. Comme tout est glacé, je remarque aussi que les petites choses le sont aussi. Je décide donc de remplacer le téléobjectif par la macro et là ce fut incroyable. Des branches, fruits, cônes et chatons deviennent d’une beauté remarquable dans le viseur et c’est pourquoi j’ai produit une très longue série de photos car il y avait trop de beauté à partager.

Macro d’hiver

Ho que c’était froid en cet avant-midi de novembre. -17°c et je ne parle pas des bons vents qui fouettent mon visage et me font regretter mon col protecteur laisser à la maison. C’est très calme dans le parc linéaire de la rivière Beauport mais il y a toujours les sympathiques mésanges qui animent les lieux. J’ai décidé d’y aller en mode hybride photographique avec le télé pour les oiseaux et la macro dans le sac à dos pour des trouvailles. J’aurais dû inverser mon choix d’objectif car ce fut plus souvent la macro qui fut sollicitée. J’ai observé plusieurs champignons pour mon plaisir mais le clou de la journée fut la surprenante découverte d’une Coccinelle asiatique. C’est bien la dernière chose que je pensais trouver en cette journée. Trois beaux Jaseurs boréaux sont passé mais ils sont restés toujours à l’abri des petites branches. Les résultats photographiques furent moindres mais pas le plaisir de passer cette belle journée dans ce parc que j’aime tant.

Gouttes de couleurs

Depuis mon retour au travail j’ai moins de temps pour la photo et les journées disponibles n’avaient pas une météo bien agréable. J’ai décidé de déployer mon matériel macro à l’intérieur pour m’amuser avec des gouttes d’eau. J’ai varié les arrières plans et les sources de lumières ce qui a donné une belle variation.

Pas chaud pour les champis

J’attends que Galarneau se soit bien installé pour me rendre dans le parc linéaire de la rivière Beauport car la nuit fut particulièrement froide. À mon arrivée je constate que le vent est fortement présent et fouette la haute végétation. Heureusement c’est plutôt au sol que je découvre un maximum de beauté car la basse végétation est recouverte d’un magnifique frimas. C’est très joli à l’oeil nu mais dans le viseur c’est à couper le souffle car j’ai l’impression d’être dans un paradis diamantaire. Rapidement les nuages s’installent et couvrent les rayons que diffusait Galarneau. Je quitte le champ pour me rendre dans les sous-bois à la recherche de champignons car les conditions ne sont vraiment pas optimales pour trouver des insectes. Avec la végétation qui devient de plus en plus rare au sol, les champignons sont plus facilement observables. J’ai eu beaucoup de plaisir à découvrir encore une belle variété pour la saison. C’est surprenant comment je réussi à étirer ma saison macro avec de si belles choses.