Minganie 2017 jour 5

Le temps est nuageux mais les vents sont moins véloces que les jours précédents et nous avons finalement un départ pour l’île aux Perroquets. La météo et la marée nous oblige à y rester tout la journée car un départ en mi journée serait très difficile. Nous arrivons sur l’île avec avec un petit groupe. Une heure plus tard le groupe repart pour une visite des autres îles mais nous ont reste tout seul sur l’île avec la gardienne. Nous nous sentons vraiment privilégié par cette situation mais c’est de courte durée car rapidement une masse nuageuse menaçante s’installe au dessus de l’île et rapidement une fine pluie intermittente s’installe pour la journée. La marée étant sur le baissant, tout les oiseaux recherchés sont retournés en mer nous laissant peu de plaisir pour attendre la marée suivante. On en profite pour une visite de l’île est des bâtiments mais rapidement on est transpercé par le froid humide. Heureusement la gardienne entretien un petit feu qui nous procure un peu de chaleur. Au départ de la gardienne en fin de journée, nous restons seul sur l’île et nous somme passablement découragé mais comme la marée monte je garde espoir. Tout à coup un miracle arrive, le ciel se dégage tout d’un coup et le soleil nous réchauffe enfin et au même moment les oiseaux débutent leurs retours aux nids. En peu de temps c’est la frénésie. Macareux et pingouins arrive de partout et sur la grève les oiseaux passent tout près de nos têtes pour se rendre aux nids. Pendant deux bonne heures nous avons vécu un moment incroyable de rêve. Tout seule avec ces centaines d’oiseaux tellement magnifiques c’était inespéré. Au retour, bien assis dans la grosse chaloupe qui nous berçaient aux grée des vagues, je préparait mes rêves de la prochaine nuit et de plusieurs autres.

Minganie 2017 jour 4

Voici une autre journée très venteuse sur la Côte-nord. Notre expédition à l’île aux perroquets est encore annulée. Malgré qu’une bonne couverture nuageuse s’est installée, nous décidons de manger des kilomètres et nous rendre au bout de la route 132 soit à Kegaska. Une longue route parfois accidentée alternant forêt boréale, taïga et tourbière avec plusieurs vues du magnifique golfe du St-Laurent. Un vrai dépaysement. La dernière et plus récente section de route à partir de Natashquan est en terre battue mais très bien entretenu ce qui offre un roulement plus confortable que bien des rues de la région de Québec. Cette toute petite municipalité de mois de 150 habitants est de langue majoritairement anglaise car leur descendance provient des anglophones de l’île Anticosti et c’est la pêche aux crabes qui est la principale activité des habitants. Le temps gris a donné une série photographique plus terne mais reflète bien ce village du bout du monde. Au retour nous avons fait le tour de Natashquan et comme le bleu commençait à percer dans le ciel, les photos sont moins teintées de la tristesse de l’autre série.

 

Vent, vent et vent

Il a fait un beau soleil mais malheureusement un foutu vent à déplumer les macareux…. Le levé du jour se fait sans nuage ce qui élimine l’effet de réflexion. Comme nous ne pouvons aller en mer, je me dirige dans la baie Johan Beetz. Très beau ce village mais j’ai vraiment apprécier de côtoyer les paysages de taïga qui sont dans le secteur. Vraim

ent un autre monde.

Minganie 2017 jour 3

Je débute cette journée dans la tourbière près de Havre St-Pierre. Le ciel est totalement dégagé pour accueillir l’astre solaire mais les bons vents rendent la fraîcheur matinale plutôt glacial. Sans plafond nuageux pour recevoir les couleurs, celles-ci sont dispersés uniformément dans le ciel pour un très bel effet tout en douceur. À cause du vent, la sortie pour l’ile aux perroquets est annulée. Nous passons donc au plan deux et partons pour le village de Baie Johan Beetz. Lors du trajet je suis renversé par les paysages. La première partie est une alternance de tourbières et de forets mais à mi-parcours je rencontre la Taïga. Quel dépaysement, là je me rends compte que je suis loin de chez nous. Arrivée à Baie Johan-Beetz, je découvre un tout petit village. Le paysage est joli mais l’attrait principal et le “château”. Ce manoir construit par Johan Beetz est magnifique. Au retour je fais plusieurs panoramas (série de photos à assembler) des paysages qui seront inoubliables. Que de beaux territoires.

Minganie 2017 jour 2

Première journée en solo sur la Côte-nord. Le soleil doit être plus rare aujourd’hui mais le plafond nuageux donne habituellement de belles couleurs aux levés et couchés de soleil. Je me dirige aux abords de la magnifique rivière Romaine aux petites heures du matin et là j’ai droit à tout un spectacle. Le soleil prend naissance au tournant d’un méandre et embrase les deux masses nuageuses couvrant le ciel. Heureusement que je suis seul car je suis sans voix devant cette magnifique beauté que j’observe dans le viseur. Le soleil levé, je me remets de mes émotions et me rends sur un site que le sympathique propriétaire de la maison que je loue m’a fait part, soit le Cap ferré. Une longue plage de roches recouverte parfois de végétation. La beauté du site est dû à l’érosion des pierres par l’eau pour former des monolithes de petites et moyennes tailles ce qui offre un paysage presque lunaire mais surtout splendide. Comme le ciel était couvert, l’après-midi fut consacré aux boutiques et magasins de Havre St-Pierre mais heureusement la lumière a décidé de revenir pour la fin de journée et colorer le couché du jour. je me suis aussi amusé avec les longues poses pour des effets qui rendent l’eau vaporeuse. Mon passage dans les bras de Morphée fut passablement coloré par les souvenir de cette journée.